Travail

Le télétravail va-t-il révolutionner l’urbanisme ?

Fini les bouchons matinaux, les heures à attendre un métro en grève, les pieds gelés, entassés sur un quai qui sent l’urine. Avec l’avènement du télétravail, la ville devrait pouvoir respirer à nouveau.

Fini les bouchons matinaux, les heures à attendre un métro en grève, les pieds gelés, entassés sur un quai qui sent l’urine. Avec l’avènement du télétravail, la ville devrait pouvoir respirer à nouveau.

Article issu du site zevillage.net

Ville nouvelle-ville ancienne

Avec une connectivité de plus en plus omniprésente et d’une qualité toujours croissante, le monde est désormais à portée de main. Si Internet a bouleversé nos habitudes de consommation et de socialisation, il est en passe de révolutionner le monde du travail. Voici comment et pourquoi.

Acheter ou vendre sur un site d’e-commerce, enseigner ou apprendre via une plateforme d’e-learning, donner une consultation psy sur Skype, faire la comptabilité d’une entreprise, sans compter tous les métiers du web, il est désormais possible de pratiquer de nombreuses activités sans avoir à quitter son fauteuil.

Et le télétravail n’est pas réservé aux seuls auto-entrepreneurs. De nombreuses entreprises s’y intéressent pour leurs employés. En plus de diminuer le stress au bureau, il est un bon moyen pour l’employeur de réduire les remboursements de transports et de limiter l’impact des perturbations liées aux intempéries, aux grèves ou encore aux traditionnels incidents mécaniques en heures de pointes.

De nouveaux modes de vie

Mais « télétravailler », c’est avant tout regagner sa liberté géographique. Et c’est là qu’est la véritable révolution. Outre les nomades digitaux qui parcourent le monde, MacBook sur le dos, en gérant leurs clients depuis une auberge de jeunesse ou la terrasse d’un café, travailler à distance est également l’occasion de choisir où l’on veut vivre, plutôt que de subir la dictature de la ligne tracée par les arrêts du métro menant à votre bureau.

Certains « délocalisés volontaires » ont déjà quitté leur pays d’origine pour améliorer leur niveau de vie en résidant dans un pays à moindre coût. D’autres décident de leur lieu de vie en fonction de leurs envies. Vivre au bord de la mer, au milieu des champs, auprès de votre famille ou de vos amis, tout cela ne sera bientôt plus dicté par votre vie professionnelle mais pourra être choisi.

Un urbanisme 2.0

L’urbanisme tout entier de nos villes et de nos campagnes étant basé sur nos modes de travail, il pourrait se trouver complètement chamboulé d’ici quelques décennies. La France par exemple, est un pays très centralisé. Politiquement, économiquement, culturellement, tout ou presque se situe dans les grandes villes, et plus particulièrement à Paris.

Tout est fondé sur ce besoin de se rendre là où est le travail, là où sont les universités, à commencer par les logements, leur concentration, leurs prix, puis viennent les infrastructures de transports collectifs ou individuels, les routes, les péages, les métros, les trains, permettant aux salariés de se rendre quotidiennement d’une zone d’habitation à prix raisonnable à un centre d’activité économique pour leur journée de labeur, ou dans un lieu de consommation pour faire des courses ou du shopping le week-end. Ce monde est en train d’évoluer.

Les modifications déjà opérées sur nos modes de consommation vont peu à peu se propager dans le monde du travail.

Dans le monde de demain, tout le monde fera certainement ses courses sur Internet. C’est d’ailleurs peut être votre réfrigérateur intelligent qui passera commande à votre place. Vous pourrez travailler ou étudier en ligne, depuis chez vous ou le café du coin, vos réunions se tiendront sur Skype. Personne ne vous volera votre agrafeuse. D’ailleurs une agrafeuse pour quoi faire ? Inutile d’acheter du papier puisque tout votre travail sera dématérialisé. Dans ces conditions, la ville telle que nous la connaissons deviendra caduque.

Nul besoin de dépenser une fortune pour avoir un accès rapide à son lieu de travail ou à un supermarché. Le télétravail pourrait bien changer le visage de nos villes. Espérons que cela se fasse au service de l’humain…

(Photo : José Sàez)

Article issu du site zevillage.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s