Lifestyle

Ne vivre nulle part coûte-t-il cher ?

Nomade digital depuis maintenant deux ans, j’ai travaillé depuis une dizaine de pays entre l’Europe et l’Asie, mais en ayant toujours une base, un logement en Thaïlande. Mon statut de télétravailleur me permettait d’être mobile, de me déplacer lorsque je le désirais et où je voulais, de visiter ma famille et mes amis sans avoir à demander de congés et d’affronter parfois des problèmes de visa sans pour autant perdre mon travail. Mais jamais je n’avais essayé de ne pas avoir de logement du tout, de ne plus avoir d’adresse.

Me préparant en ce moment à quitter la Thaïlande pour Taïwan, c’est en regardant une vidéo du Youtubeur Jean Rivière sur la thématique « Vivre dans des Airbnb, pourquoi pas ? » que j’ai réalisé les opportunités qu’offrait une vie sans logement fixe.

 

Mais vivre à l’hôtel ou dans une location de courte durée ne revient-il pas trop cher ? Pas forcément ! Non seulement le fait de ne vivre nulle part vous exempte de souscrire à des abonnements à Internet, à l’électricité ou encore de verser des cautions démesurées que vous n’êtes jamais sûr de revoir un jour, mais en plus cela vous permet d’optimiser votre logement de manière flexible en fonction de vos besoins et de vos finances.

 

En réalité, nous n’exploitons pas tous les jours notre logement à 100%. Avoir un unique appartement dans lequel on reste des mois ou des années nous pousse à faire des compromis. Nous n’avons pas toujours besoin d’espace, notamment lorsque nous passons beaucoup de temps en dehors de chez nous, que notre compagne part en vacance ou tout simplement que nous voyageons. Les grands logements étant plus chers (et plus difficile à entretenir), nous optons souvent pour une maison ou un appartement de taille moyenne, duquel nous n’utilisons parfois qu’une partie, mais dans lequel nous nous sentons quelquefois à l’étroit.

Idem pour l’emplacement. Beaucoup d’entre nous sommes tiraillés entre la facilité de vivre en ville, de tout avoir à proximité, de pouvoir se déplacer en transport en commun, d’avoir une vie sociale riche, et le confort de la campagne, l’espace, le calme et l’air pur. Toujours dans cette logique de compromis, des millions de personnes décident de ne pas trancher et de s’installer dans des résidences pavillonnaires de banlieue, à moitié en ville, mais pas trop.

Pourtant, l’endroit où nous habitons est décisif pour notre qualité de vie. Choisir un logement en faisant des compromis, des concessions, c’est la garantie d’une vie tiède.

Certains optent pour l’achat d’une maison de campagne afin de pouvoir se ressourcer de temps à autre, mais cela peut vite revenir cher.

 

Un logement provisoire revient toujours plus cher qu’un logement de longue durée à prestation égale. Ne vivre nulle part revient donc mathématiquement plus cher si l’on loue pour des courtes durées le même type de logement qu’on aurait choisi pour du long terme. Mais le fait de pouvoir sans cesse changer de logement permet aussi de l’optimiser en fonction de ses besoins, d’alterner des modes de vie luxueux et économiques afin de pouvoir donner vie à toutes ses envies. Vous rêvez de vivre à New York (ou même à Paris), mais vous n’avez pas les moyens de vous payer un appartement convenable, mettez-vous en colocation pendant un ou deux mois. Une fois que l’espace et la solitude vous manqueront, rien ne vous empêche de prendre vos clics et vos clacs et d’aller louer une maison à la campagne loin du tumulte de la ville.

Si l’idée de ne vivre nulle part vaut pour les nomades digitaux qui changent régulièrement de pays, le principe est aussi applicable aux sédentaires. Même en restant dans la même ville, rien ne vous empêche de changer chaque mois de quartier, de voisinage, d’environnement, de vivre dans un minuscule studio ou même de squatter chez des amis lorsque vous êtes un peu à sec et de vous payer deux semaines dans un superbe hôtel avec piscine et télévision par satellite lorsque vous avez besoin de confort. Vous pouvez également louer un appartement plus grand lorsque votre famille ou vos amis vous rendent visite. Combien d’entre nous paient plus cher pour une chambre d’ami inoccupée onze mois sur douze ? Combien encore ont un jardin qu’ils n’utilisent que la moitié de l’année ? Combien enfin continuent à payer un loyer hors de prix alors qu’ils sont partis en vacances ? L’avantage de ne vivre nulle part, et le secret si l’on ne veut pas se ruiner, c’est d’opter pour un logement qui réponde juste à ses besoins du moment, pas plus. Et dans ces conditions, cela ne devrait pas forcément vous coûter plus cher…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s